Image default
Épouse & Mère

Les conditions du hijab

Le voile de la femme musulmane ou hijab a été légiféré et défini de façon claire dans les sources juridiques islamiques. A partir du Livre sacré (le Qur’an) et de la tradition prophétique (As-sounnah), il est possible de se référer directement à des textes de références.

Tout d’abord, le hijab est une obligation pour les croyantes

Nous partons du postulat que le voile pour la femme musulmane est une obligation Divine. Elle est énoncée dans le Livre mais aussi par l’unanimité des Savants. Ces derniers ne diffèrent pas et le considèrent aussi comme obligatoire.

Bien que la langue arabe soit plus précise sur les termes religieux, la Sourate  An-Nour dans son 31e verset dit en substance :

« Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines; et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs soeurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu’elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes.

Le verset dit également : Et qu’elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l’on sache ce qu’elles cachent de leurs parures. Et repentez-vous tous devant Allâh, Ô croyants, afin que vous récoltiez le succès ».   

Le voile de la femme dans le Noble Coran

Le verset est bien plus précis et démontre avec preuve et raison les seules personnes qui par lien de parenté (Maharim) sont susceptibles de voir les atouts des croyantes. Ce qui, de fait confirme, le caractère obligatoire du hijab en dehors de la présence des personnes suscitées.

Un second texte présent au verset 51 de la Sourate Al Ahzab (les coalisés) confortent aussi ces propos:

« Ô Prophète! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles: elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. Allâh est Pardonneur et Miséricordieux ».

Après avoir conforté les preuves de l’Ordre Divin, le hijab a aussi été défini dans les détails. Notamment dans la façon de le porter ainsi que les interdictions qui en découlent pour sa validité. L’Islam reconnaît donc huit conditions concernant le jilbab de la musulmane.

Les 8 conditions du jilbab de la femme musulmane

Après avoir confirmé le caractère obligatoire du hijab de la religion monothéiste par excellence. La jurisprudence islamique recense huit conditions pour que le port de la tenue islamique féminine soit dans les normes. Parmi ses caractéristiques, le vêtement doit entre autre :

  • recouvrir tout le corps excepté les mains et le visage
  • être nécessairement ample et non moulant
  • ne pas être une parure en soi
  • être épais et non transparent
  • le jilbab ne pas être parfumé
  • ne pas ressembler à ceux du sexe opposé
  • ne pas ressembler à celui des non croyantes
  • il ne doit pas être un vêtement de convenance.

Jilbab 2 pièces marque Al-Haya (Cape + Jupe évasée) - Plusieurs couleurs disponibles
Jilbab 2 pièces marque Al-Haya (Cape + Jupe évasée) – Plusieurs couleurs disponibles

Le voile de la femme dans la Sounnah

Ces huit caractéristiques ont toutes des fondements et des preuves dans la Législation islamique. Ce sujet peut prêter lieu à la rédaction d’un ouvrage sur ce thème.

Pour éviter de s’étaler de façon interminable sur les multiples preuves tirées de nos deux principales sources juridiques. Nous retiendrons uniquement un seul hadith sur la première condition du hijab.

 En substance, Jabir bin ‘Abdullah رضي الله عنه rapporte:

« J’ai assisté à la prière de la fête (al ‘aïd) avec le Messager d’Allâh صلى الله عليه وسلم, il fit la prière avant le prône sans appel à la prière majeur (adhan), ni mineur (iqama).

Ensuite, il صلى الله عليه وسلم se leva, s’appuya sur Bilal, et ordonna aux gens la crainte d’Allâh, les exhorta à son obéissance, les sermonna et leur fit le rappel.

Ensuite, il se rendit auprès des femmes, les prôna et leur fit le rappel. Il صلى الله عليه وسلم  leur dit: « faîtes l’aumône car la plupart d’entre vous seront en Enfer. »

Une femme aux joues foncées se leva dans l’assemblée et elle dit: « Pour quelle raison ? Ô Messager d’Allah ! »

Il صلى الله عليه وسلم dit : « car vous vous plaignez beaucoup et méconnaissez les bienfaits que vous recevez. »

Il dit: « elles se mirent à faire l’aumône de leurs bijoux et jetèrent leurs anneaux et leurs bagues dans le vêtement de Bilal. »»

(Rapporté par Mouslim)

Ici, la description des joues de la femme ainsi que le fait qu’elles jètent leurs anneaux à l’aide de leurs mains démontrent le côté apparent de ces parties du corps.

Autres explications sur le hijab de la femme musulmane

Il n’y a aucune ambiguité sur le fait que l’obligation du hijab est une obligation qui traverse toutes les époques jusqu’à nos temps. La tunique légiféré de la femme musulmane est une bénédiction, un honneur, une reconnaissance de son statut et une protection pour elles.

Le contexte de la révélation (Sabab An-nuzul) du verset 59 de la sourate Al-Ahzab suivi du verset 60 montre que les femmes se faisaient importunées. 

A cet égard, les rues de Médine étaient fréquentées par des semeurs de trouble qui agressaient les femmes. Le fait que la Législation impose le hijab à ce moment donné est devenu un symbole de protection.

En effet, les croyantes pouvaient être distinguées, parmi les autres femmes, par cette tunique. Cela les épargnaient des attaques des hypocrites qui craignaient les représailles des musulmans.

Bien que le voile soit obligatoire pour les femmes de la communauté , il est avant tout un acte d’adoration. Mais aussi un acte de soumission envers le Seigneur des Mondes, le seul digne d’adoration.

Beaucoup de détracteurs de l’Islam voit dans le hijab un signe d’appartenance politique ou d’oppression de la femme.

Cependant, la Législation islamique considère l’Homme et la Femme en terme d’équité. Chaque être a des responsabilités qui lui incombe. Et Allah n’impose à aucune personne une charge supérieure à sa capacité.

Pour illustrer cet exemple, nous partirons du constat que le hijab a été légiféré pour la musulmane tout comme la ‘Awra de l’homme qui se situe entre le nombril et les genoux.

Articles Similaires

7 raisons d’apprendre le Coran aux enfants

Abû 'Issa

Ce qui annule les ablutions

Abû 'Issa

Qu’est-ce qu’un mahram ?

Abû 'Issa

1 commentaire

Les conditions du voile islamique - 30 décembre 2019 at 17 h 58 min

[…] voile islamique de la femme musulmane (hijab) rempli des conditions bien précises ; en effet, le voile que la femme porte est une adoration […]

Répondre

Votre commentaire


error: Le contenu du site est protégé !