Image default
Divers

Que signifie le mot hchouma ?

La hchouma en islam qui veut dire honte n’a pas sa place quand il s’agit de religion. En effet, il ne faut pas éprouver de honte à aborder certains sujets jugés comme tabou par certaines cultures. Néanmoins, vous n’êtes pas sans savoir qu’il existe une certaine pudeur à avoir en islam. Affaire à suivre dans cet article.

La hchouma d’où ça vient ? 

Le mot hchouma (à prononcer avec le h au fond de la gorge) est une expression culturelle. Cette dernière est répandue en Afrique du Nord. Cette expression se dit d’une situation ou d’un comportement considéré comme honteux ou impudique socialement.

Hchouma en islam : est-ce une idée fondée ? 

Vous avez sûrement déjà entendu : “pas de fausse pudeur en religion” (lâ hayâ’ fî l-dîn). En effet, la sounnah nous enseigne à ne pas éprouver de gêne quand il s’agit de religion. On rapporte que Aïcha a dit :

“Quelles femmes exemplaires que les femmes des Ansars ! Leur pudeur ne les empêchait pas de se renseigner au sujet de leur religion”.

Nous voyons que Aicha a vanté le mérite des femmes Ansars pour avoir été des femmes pudiques. Et en même temps, des femmes attachées à leur religion, n’hésitant pas à s’interroger et à apprendre.

Car comme nous le savons, il y a une pudeur qui n’est pas tolérée en islam, il s’agit de la pudeur en ce qui concerne les affaires de la religion.

Effectivement, le musulman et la musulmane ne doivent pas éprouver de gêne de questionner une personne de science sur un sujet précis. Car cela pourrait les amener à commettre des interdits ou des erreurs.

Bien qu’on ne le trouve ni dans le Quran ni dans les propos du Prophète (Sallalahu wa alayhi wa salam). Nous le retrouvons directement dans le vécu et dans l’enseignement du Prophète. Il est également utilisé chez les savants de la sounnah lorsqu’ils abordent certaines questions. Comme par exemple les questions relatives à l’hygiène intime ou à la sexualité.

Hchouma en islam : entre culture et religion 

La hchouma en islam correspond à une certaine réalité dans certaines cultures. En effet, on entend souvent “on ne parle pas de sexualité, d’amour, d’émotions, car ça ne se fait pas chez nous”. Toutefois, être croyant et épanoui sexuellement sont bel et bien compatibles.

Nous observons également que dans certaines cultures les menstrues sont quelque chose de tabou dont on ne doit pas parler.

Ou encore, le sujet du mariage qui pour beaucoup de pays est un sujet sensible et peu abordé entre les membres de la famille.

Toutefois, il convient de briser la glace et de ne pas éprouver de honte pour ces choses tout à fait normales. Et qui font partie de notre vie de tous les jours. Ainsi, n’hésitez plus à briser la place des tabous tout en ayant une certaine pudeur.

La pudeur en islam

La hchouma en islam n’a pas sa place, toutefois, il existe une certaine pudeur à avoir. En effet, pudeur et foi vont de pair. Bien plus que cela, il s’agit d’un attribut des croyants. Nous apprenons cela par le biais des ahadith que la foi et la pudeur sont indissociables. Ainsi, découvrez ce que dit vraiment l’islam à ce sujet. Il s’agit d’une qualité propre aux croyants conformément à la parole du Prophète (Sallalahu wa alayhi wa salam) :

D’après ‘AbdAllah Ibn Omar, le Prophète a dit : “la pudeur et la foi sont liées ensemble, si l’une des deux est enlevée l’autre est enlevée.”

Cependant, la pudeur ne se limite pas juste à une tenue vestimentaire, elle renferme toute une conduite qu’il est recommandée d’adopter. Dans un hadith rapporté par l’imam Boukhari et authentifié par cheikh Al Albani :

Hadiths sur la pudeur

D’après Qoura Ibn iyas, nous étions auprès du Prophète (Sallalahu wa alayhi wa salam) lorsque la pudeur a été mentionnée. Ils ont dit :

Ô Messager d’Allah ! Est-ce que la pudeur fait partie de la religion ? Le prophète (Sallalahu wa alayhi wa salam) a dit : “c’est plutôt la religion en entier”. Puis il a dit : “la pudeur, vivre simplement, parler peu et la compréhension font partie de la foi et certes ces choses rajoutent dans l’au-delà et réduisent dans l’ici-bas, mais ce qu’elles rajoutent dans l’au-delà est plus que ce qu’elles réduisent dans l’ici-bas. Et certes l’avarice, la fainéantise et l’obscénité font partie de l’hypocrisie. Elles rajoutent dans l’ici-bas et réduisent dans l’au-delà, mais ce qu’elles réduisent dans l’au-delà est plus que ce qu’elles rajoutent dans l’ici-bas.

De même, Cheikh Uthaymin a détaillé dans une explication que la pudeur fait partie de la foi, car elle se manifeste dans deux cas :

  • La pudeur envers Allah. Le croyant éprouve de la gêne devant son Seigneur lorsqu’il ne Lui obéit pas, il est pudique. 
  • Et la pudeur envers les créatures. En d’autres termes, cela signifie que le serviteur doit adopter un bon comportement envers les autres, en se montrant poli et aimable. 

Par ailleurs, nous pouvons remarquer que la personne pudique observe un comportement rationnel. En effet, il s’agit d’une personne qui va parler posément sans hausser le ton, qui aura une démarche et une attitude humbles.

Toutes ces choses sont un embellissement, car ces agissements entraînent vers la droiture et l’éloignement du blâmable et des interdits.

Ainsi, nous comprenons pourquoi l’islam enseigne la pudeur et la foi.

Le manque de hchouma en islam 

Bien que l’on est vu qu’il n’y a pas de pudeur en religion, il y a des limites. Et le manque de pudeur est la porte ouverte aux ambiguïtés et aux interdits mentionnés dans le coran et la sounnah.

Comme nous l’indique un hadith qui dit : celui qui n’a pas de pudeur, qu’il fasse ce qu’il veut. En d’autres termes, cela veut dire qu’il n’a plus de limites ni de restrictions. Ce dernier se livre donc à ses passions et perd toute dignité et honneur auprès des autres.

Finalement, al hayâ fait partie des nobles caractères et représente une grâce d’Allah sur son Serviteur. Ainsi, quiconque en est doté, qu’il se montre reconnaissant, car il s’agit d’un point de départ de tout bien.

Related posts

Ville islamique : Notre top du moment

Islam Oumma

L’origine de la Babouche : une chaussure persane à travers les âges

Le N

L’histoire du Dirham

Islam Oumma