Dans une terre aride sans l’islam où les cœurs étaient empreints de polythéisme, où l’oppression des faibles était coutume, où la fille naissait avec un destin posthume, de cette terre infertile sortira la meilleure des créatures qu’Allah ait crée. L’Islam sonnera le glas de cette période teintée de mépris, rendant à chaque individu les droits et devoirs qui lui sied. Voyons comment un homme orphelin et illettré, (aleyhi salatou wa sallam), sera envoyé comme miséricorde pour toute l’humanité.

La période préislamique (al jahiliya)

La période précédant l’Islam, que l’on appelle de jahiliya, est une période teintée d’injustice où l’esclavagisme faisait rage, où la femme ne disposait d’aucun droit, pas même celui de l’héritage. L’orphelin était négligé, le faible opprimé, quand le plus fort régnait sans partage et sans pitié. Les arabes d’Arabie vivaient principalement de commerce, dont ils tiraient les fruits des pèlerinages que les personnes des contrées qui jouxtaient la Mecque faisaient à la Kaaba.

Les caravanes qui affluaient le ventre chargeaient de produits en tout genre. Ces gens qui dépensaient sans compter pour des offrandes aux divinités qui peuplaient la maison sacrée, étaient une réelle manne pour les notables de la Mecque. De quoi enorgueillir les plus forts d’entre eux, qui sans pitié aucune asserviront les plus faibles. Il y a avait dans ces statues un moyen de se faire aisément de l’argent, mas pas seulement. Combien étaient réellement attachés à elles, leur attribuant des pouvoirs inexistants, mais auxquels ils croyaient dur comme fer. Si les arabes étaient connus pour leur fierté exacerbée, on leur connaissait également des qualités. Telle que la fermeté dans leurs engagements, leur bravoure et leur éloquence dans la langue arabe.

Qui aurait dit, que de cette aride empreinte de fierté, sortirait un prophète (aleyhi salatou wa sallam) qui viendrait balayer ces croyances païennes sauvant par là toute l’humanité?

L’Islam religion d’unicité

Dans un monde où tout part de travers, où bonnes moeurs et valeurs se font rares, où notre Prophète Mohamed est dénigré par les langues de vipère, où l’Islam est dépeint comme une religion de barbare, ce verset vient blanchir ce tableau noir: « Et Nous ne t’avons envoyé qu’en miséricorde pour les mondes »Sourate 21 « Al Anbiya » (Les prophètes), verset 107.

Le prophète (aleyhi salatou wa sallam) a, à travers la mission qu’Allah lui a donné, rendu aux orphelins, aux femmes, aux esclaves, aux opprimés en général, leurs droits et leurs devoirs. Point de hiérarchisation dans l’humanité. Point de suprématie sur le faible, point de spoliation de biens, point de violation de droit. L’Islam est venu abolir cette période sombre.

Le meilleur des hommes 

Le choix du prophète Mohammad, aleyhi salatou wa sallam, n’a fait que conforté les premiers adeptes. Connu pour son honnêteté, son intégrité, et sa piété. Il a trouvé dès le début de son message, de solides alliés. Assadiqou, al amin, c’est ainsi qu’on le surnommait. Il avait coutume de s’isoler dans la grotte nommée Hira pour méditer. C’est d’ailleurs lors d’une de ces retraites qu’il reçu sa mission de prophète.

Cette épuration qu’est l’Islam authentique, s’est d’abord faite par l’épuration du cœur de toute forme de polythéisme. Il était désormais question d’adorer Allah, seul, sans associé. C’en était fini avec l’adoration des statues, de quelconque autre divinité. La religion musulmane allait apporter à l’humanité le nouveau souffle qu’elle attendait. Une seule phrase lourde de sens à laquelle il a appelé pendant plus d’une dizaine d’années. C’est dire l’importance de l’unicité. Et même si son chemin fut parsemé d’embûches, jamais il n’abandonna pour que le message prenne vie dans les quatre coins du globe. Généreux, doux et patient, que ce soit avec un être familier ou un étranger, tel était notre bien aimé.

Notre noble prophète Mohammad aleyhi salatou wa sallam a conquis les cœurs de par sa magnanimité. Et bouleversé les mœurs entachées d’ignominie. Avec sagesse et douceur, il a attendri les plus dur. Qu’Allah fasse taire ceux qui entachent son honneur, et qu’Il nous réunisse avec lui au paradis.