Image default
Apprendre l'arabe

Les chiffres arabes

Que sait-on réellement des chiffres que l’on emploi au quotidien ? Saviez-vous que les chiffres arabes ont la même origine que les chiffres indiens ?

Ils viennent tous du brahmi, un système d’écriture utilisé en Inde dès l’Antiquité. Alors, pourquoi les appeler « chiffres arabes » ?

Les arabes sont connus pour avoir transmis au monde leurs grandes connaissances en mathématiques, notamment des traités d’algèbre et de géométrie, et ils ont été des acteurs importants dans l’élaboration et la propagation de notre système de numération.

Le système de chiffre que l’on connait aujourd’hui vient d’un concept très simple qui est de donner une valeur absolue ainsi qu’une valeur de position à un symbole. Apprenons-en un peu plus sur ces chiffres que l’on écrit chaque jour… 

Petite histoire des chiffres 

Au cours de l’Histoire, il y a eu beaucoup de manières d’écrire les chiffres : on peut citer les plus connus, parmi lesquelles nous avons les chiffres Romains, qui consistent à additionner des valeurs, les chiffres hébreux, qui ressemblent à des symboles, les chiffres grecs qui ont un système d’analogie, les chiffres indiens et enfin les chiffres arabes. 

Il faut savoir que le zéro est la plus grande innovation en terme de système de notation. Il a été réinventé plusieurs fois par différents peuples, mais c’est au Ve siècle que les Indiens lui ont donné une réelle position, et l’ont ensuite placé comme un vrai chiffre au VIIe siècle. Cette invention indienne a ensuite été répandue par les Arabes à grande échelle. Le mot zéro vient d’ailleurs du mot arabe « sifr » qui signifie « vide », « zéro » . 

Chiffres arabes ou chiffres indiens ? 

On entend souvent parler de chiffres arabes et de chiffres indiens, mais quelle est la différence ? 

Il faut bien avoir en tête que les chiffres ont connu beaucoup de changements comme évoqué précédemment, et que leur typographie a évolué au fil du temps, des découvertes scientifiques, de l’avancée des mathématiques et au besoin du commerce. On distingue à la base 2 graphies bien différentes : une graphie de type orientale qui est surtout utilisée au Moyen et au Proche-Orient, et une graphie occidentale utilisée au Maghreb puis en Espagne. 

Au XIe siècle, le mathématicien perse Mohammed Ben Moussa Al Khawarizmi est considéré comme le « père de l’algèbre et le premier vulgarisateur du système décimal positionnel » qu’il a emprunté à la culture indienne. 

Le système de numérotation indo-arabe ne s’imposera en France qu’à partir de la fin du XVIIIe siècle. C’est un système de chiffres arabes emprunté au système de numération indien, qui s’est répandu en Europe via les arabes, voilà pourquoi on peut parfois confondre ces deux systèmes, qui ont finalement les mêmes origines. 

Ainsi, les chiffres arabes s’écrivent ainsi : 

Système d’écriture latin/arabe : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 0 

Système d’écriture arabe oriental :  ٠  ١  ٢  ٣  ٤ ٥  ٦  ٧  ٨  ٩

(A savoir que les systèmes d’écritures Perse et Ourdou diffèrent un peu des caractères du système arabe oriental car plus proches de l’Inde.)

  • Quand aux chiffres indiens, on les trouve écrits sous cette écriture : 

Système d’écriture indien Bengalais : ০ ১ ২ ৩ ৪ ৫ ৬ ৭ ৮ ৯ 

Système d’écriture indien Devenagari, le plus utilisé en Inde du Nord : ० १ २ ३ ४ ५ ६ ७ ८ ९

(A savoir que les systèmes d’écritures indiens diffèrent : on trouve aussi le Gujarati principalement utilisé dans l’Ouest de l’Inde, ou encore le Gurmukhi utilisé pour écrire le pendjabi). 

Les chiffres arabes, leurs prononciations

Les chiffres, en arabe littéraire, de 0 à 9 s’écrivent et se prononcent comme cela : 

0  (sifr)        ٠  صفر

1  (wâhid)   ١   وَاحِدٌ   

2  (ithnân)    ٢ اثْنَانِ

3  (thalâla)   ٣   ثَلاثَةٌ

4  (arba’a)   ٤   أَرْبَعَةٌ

5  (khamsa) ٥  خَمْسَةٌ

6  (sitta)       ٦    سِتَّةٌ

7  (sab’a)    ٧   سَبْعَةٌ

8  (thamâniya)  ٨  ثَمَانِيَةٌ

9  (tis’a).      ٩  تِسْعَةٌ

Ces chiffres sont les bases à connaître afin de pouvoir former des nombres.

Et les nombres, alors ? 

Apprendre les chiffres arabes est une base pour pouvoir former des nombres, comme dans n’importe quelle autre langue. Cependant, les chiffres en langue arabe ont une logique plus simple et accessible comparés à d’autres langues étrangères, et même au français. 

Connaitre les chiffres est indispensable si vous souhaitez parler l’arabe littéraire ou utiliser un clavier arabe. Le comprendre, vivre dans un pays musulman ou y partir en vacances, et constituera l’une des premières leçons que vous apprendrez si vous souhaitez prendre des cours d’arabe en ligne. Ainsi, les chiffres vous serviront dans la vie courante, pour effectuer vos courses, demander un prix, lire l’heure, donner votre âge, payer votre loyer, pour votre poids, votre taille, mais aussi pour les mathématiques, les sciences et dans bien d’autres situations, vous l’aurez compris ! 

Comment lire les nombres arabes ? 

Tout d’abord, pour écrire les chiffres arabes, il faut savoir que la langue arabe est une langue sémitique, c’est à dire qu’on la lit de droite à gauche et non de gauche à droite comme en français par exemple. Son sens de lecture est sinistroverse, à l’opposé des langues européennes qui sont elles dextroverses. 

Ainsi, les nombres arabes se lisent aussi de droite à gauche. Cependant, les chiffres sont l’exception qui confirment la règle car ils s’écrivent de gauche à droite ! Cela peut être perturbant au début mais l’on s’y habitue rapidement, à force de pratique et de rigueur. 

  • Exemple : 

Le nombre « 36 » va se lire en commençant par l’unité 6 « sitta », puis en lisant la dizaine, 30 « thalâthoun », ce qui donne : « sitta wa thalâthoun »

A savoir : Seuls les numéros de téléphone arabe se lisent de gauche à droite, en épelant chaque unité distinctement. 

Les autres chiffres arabes 

Outre l’arabe littéraire, on sais aussi que les chiffres arabes sont différents dans les autres pays notamment en Afrique du Nord. Dans le dialecte marocain, les chiffres ont une toute autre appellation, quoi que l’on retrouve certaines similitudes : 

1 : Ouahed 5 : Khamsa

2 : Jouje 6 : Seta

3 : Tleta 7 : Sebaa

4: Arbaha 8 : Temnya

9 : Tèssha

En conclusion 

On sais maintenant que les chiffres arabes sont à la base issus des chiffres hindi. Et ont été transformés au Maghreb jusqu’à former les chiffres que l’on connait aujourd’hui. A savoir que dans certains pays arabes, ils les nomment eux-même les « chiffres arabes occidentaux ». 

Articles Similaires

L’histoire de la calligraphie arabe

Abû 'Issa

Comment dit-on maman en arabe ? 4 points à retenir

Abû 'Issa

Les jours de la semaine en arabe

Abû 'Issa

Votre commentaire


error: Le contenu du site est protégé !