Image default
Coran

Les bienfaits du Verset du Trône

Le verset du Trône dans la sagesse qu’il prône et les protections qu’il engendre de la part de notre Seigneur Allah Soubhana wa Ta’ala est d’une importance capitale. Nommé également « Ayat Al Kursyi », il fait partie de la sourate Al Baqara dont il est le verset 155.

 Du coup, cet article vous propose de saisir la portée de ce verset et de comprendre quelles réalités il comporte  pour le musulman et la musulmane.

Le verset du trône : le meilleur verset du Livre d’Allah 

 Actuellement , le verset du Trône est omniprésent dans les livres religieux. Que ce soit dans le juz ‘amma ou d’autres livres d’apprentissage du Coran, le verset apparaît toujours aux côtés des autres sourates. Pourtant, il fait avant tout partie de la sourate Al Baqara.

 Si les auteurs ne manquent pas de le citer, c’est avant tout parce qu’il est l’un des versets le plus important de notre religion.

L’importance de la récitation d’Ayat al Kursi dans une maison

En substance, ‘Oubay ibn Ka’b (qu’Allah l’agrée) a dit que le Prophète (‘alayhi salat wa salam) a demandé : « Quel est le meilleur verset qui se trouve dans le Livre d’Allah ? »

Il lui répondit : « Allah et Son envoyé sont les plus savants ». Comme il réitéra cette question sans avoir aucune réponse, il lui répliqua : « Il est le verset du Trône ». Puis il ajouta : « Que l’acquisition de la science te soit facile ô Abou al Moundher. Par celui qui tient mon âme dans Sa main, ce verset a une langue et deux lèvres pour célébrer la gloire d’Allah auprès du Trône ».

(Rapporté par Ahmed).

Aussi, Abou Hourayra (qu’Allah l’agrée) rapporte que le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) a dit : « Dans la sourate « la vache », il y a un verset qui est le maître des versets du Coran ; il n’est récité dans une maison sans que le démon ne la quitte » . (rapporté par al  Hakim).

Le verset du Trône et les noms d’Allah

 De plus, l’Imam Ahmad rapporte que le verset du Trône comporte le plus honorable des Noms d’Allah.

  Il rapporte  qu’Asmâ bint Yazîd ibn As-Sakan dit : J’entendis le Messager d’Allah – صلى الله عليه و سلم – dire ces deux versets : { Allah ! Point de divinité à part Lui, Le Vivant, Celui qui subsiste par lui-même « Al-Qayyûm » } et : { Alif Lâm Mîm, Allah ! Point de divinité à part Lui, Le Vivant, Celui qui subsiste par lui-même « Al-Qayyûm » }

 » إِنَّ فِيهُمَا اسْمَ الله الأَعْظَمَ « 

en disant qu’ils contenaient le plus honorable des noms d’Allah » [3] 

(Rapporté aussi par Abou Dawud, At-Tirmidhi et Ibn Mâja. At-Tirmidhi le qualifia de récit authentique). 

Histoire tirée d’Ayat Al Kursi pour se protéger contre les diables

 Encore une fois, un récit authentique rapporté du temps du prophète (paix et bénédiction sur Lui) montre une fois de plus le mérite de la récitation du verset du trône. Ici, il a le mérite d’énoncer le bienfait  pour se protéger des djinns et des diables (qu’Allah les maudissent).

Al-Boukhârî rapporte dans son livre sur les vertus du Coran et dans la description du chaytan  selon un récit qu’Abou Hurayra aurait dit: 

Le Messager d’Allah – صلى الله عليه و سلم – me chargea de garder la zakât du Ramadân. Un homme vint et se mit à prendre de la nourriture. Je l’ai saisi et lui dis : « je vais te prendre au Messager d’Allah (paix et bénédiction sur Lui) »

Il me dit : laisse-moi, je suis démuni, j’ai des enfants et je suis dans le grand besoin. 

Je le relâchai et le lendemain le Prophète me demanda : 

« Qu’a fait ton prisonnier hier ? » 

Je lui dis : Ô Messager d’Allah ! Il s’est plaint de son besoin et celui de ses enfants, alors j’ai eu pitié de lui et je l’ai relâché. 

Le Messager d’Allah – صلى الله عليه و سلم – dit : « C’est un menteur et il reviendra ». 

La réitération de l’acte et la clémence du Compagnon

Je suis alors qu’il reviendrait puisque le Messager d’Allah – صلى الله عليه و سلم – le dit . Je l’attendis et quand il revint, il se mit a prendre de la nourriture. Je le capturai et lui dis : je vais te prendre chez le Messager d’Allah – صلى الله عليه و سلم -. 

Il me dit : Laisse-moi, j’ai des enfants et je suis dans le grand besoin ; je te promet de ne plus revenir. 

J’eus pitié de lui et je le relâchai. Le lendemain, Le Prophète – صلى الله عليه و سلم – me demanda : 

« Qu a fait ton prisonnier hier ? » 

Je lui dis : Ô Messager d’Allah ! Il s’est plaint de son besoin et celui de ses enfants, alors j’eus pitié de lui et je l’ai relâché. 

Le Messager d’Allah – صلى الله عليه و سلم – dit : « C’est un menteur et il reviendra ». 

Je le surveillai pour la troisième fois et il revint. Il se mit a prendre de la nourriture. Je le capturai et lui dis : 

Je vais te prendre chez le Messager d’Allah – صلى الله عليه و سلم – et c’est la troisième et dernière fois, tu m’a promis de ne plus revenir, mais tu reviens tout le temps. 

Sagesse du Hadith : la révélation de l’utilité du verset du trône

La suite du Hadith est tout à fait surprenante. Un Diable se fait prendre à son propre jeu en révélant expressément la fonction du verset du Trône.

« Il me dit : Laisse-moi te dire des paroles qui te seront utiles. » 

Je lui demandai : De quoi s’agit-il ? 

Il dit : Quand tu veux te coucher le soir, lis  Âyatu al-Kursi à partir de : 

{ Allah ! Point de divinité à part Lui, Le Vivant, Celui qui subsiste par lui-même « Al-Qayyûm » } jusqu’à la fin, Allah désignera un gardien qui demeurera près de toi et aucun diable ne pourra s’approcher de toi jusqu’au matin. Alors, je le relâchai. 

Le lendemain, le Prophète me demanda : « Qu’a fait ton prisonnier hier ? ». 

Je lui dis : Ô Messager d’Allah ! Il m’a dit qu’il m’enseignera des paroles qui me seront utiles par la volonté d’Allah, alors je l’ai relâchai. 

Il me demanda : « Et quelles sont ces paroles ? » 

Je dis : Il m’a dit de lire Âyatu l-Kursî à partir de 

{ Allah ! Point de divinité à part Lui, Le Vivant, Celui qui subsiste par lui-même « Al-Qayyûm » } jusqu’à la fin au moment ou je veux me coucher le soir, Allah désignera un gardien qui demeurera près de mois et aucun diable ne pourra s’approcher de moi jusqu’au matin. 

Le Prophète – صلى الله عليه و سلم – dit à Abou Hurayra : 

« C’est un menteur, mais il t’a dit la vérité. Connais-tu la personne avec laquelle tu traitais depuis trois jours, ô Abâ Hurayra ? » 

Il répondit : « Non » 

Il lui dit : « C’est un diable ». 

(Rapporté par An-Nasâ°î dans le « jour et la nuit).

Cette liste de hadiths montre donc les bienfaits de la récitation du verset du Trône en espérant que vous en tiriez profit pour votre religion.


Articles Similaires

3 miracles du Coran à connaître

Abû 'Issa

Explication de la sourate An-Nâs (Les Hommes)

Abû 'Issa

7 raisons d’apprendre le Coran aux enfants

Abû 'Issa

Votre commentaire