Image default
Épouse & Mère

L’apprentissage pour la femme

Dans cette article, le noble savant de l’islam Cheikh Muqbil Ibn Hâdi Al-Wadi’i (qu’Allah lui fasse miséricorde) nous explique ce par quoi doit débuter l’apprentissage de la science pour la femme musulmane.

Question : Quelle est la science religieuse que la femme doit apprendre ?

Réponse : Elle se doit d’apprendre le dogme à partir du Coran et de la Sunna, puis la prière, la manière dont le Messager d’Allah (paix et bénédiction sur lui) a prié. S’il elle a de l’argent, elle doit apprendre ce qu’Allah lui a ordonné comme impôt légal (Zakât).

Si sa profession est le commerce, elle doit étudier les règles du négoce. De même si elle exerce n’importe quel métier, elle devra s’informer des règles relatives à ce métier. C’est ce qui est visé dans le Hadith de l’Envoyé d’Allah (paix et bénédiction sur lui) :

« La quête de la science est une obligation pour tout musulman » *

Il en va de même si elle est docteur, elle se doit de savoir si elle peut s’isoler avec un homme et prodiguer des soins à l’aide d’une chose illicite. Elle doit connaître le métier qu’elle excerce à partir du Coran et de la Sunna (je veux dire à travers les preuves du Coran et de la Sunna), je ne veux pas dire qu’elle doit se limiter à la science du Coran et de la Sunna dans la médecine. **

*Ce hadith est faible. De nombreux savants l’ont jugé défaillant dont l’Imam Ahmad et Al-‘Uqayli. Voir mon livre Al-Iradat Al-‘ilmiyya p.16.

Apprentissage de la science pour la femme selon Ibn Al-Jawzi :

**Ibn Al-Jawzi dit dans Ahkam Al-Nisa p.38 :

« La femme est un individu responsable au même titre que l’homme. Elle doit apprendre les obligations qui lui incombent pour acquérir la conviction la poussant à s’y conformer. Si elle n’a ni père, ni frère, ni mari, ni Mahram pour lui apprendre les prescriptions religieuses et comment s’acquitter des obligations, cela lui sera suffisant, même si elle n’a interrogé quiconque ni appris.

Si une femme qui connaît cela est disponible, elle apprendra d’elle sinon elle apprendra des Cheikhs et des hommes d’âge avancé sans qu’ils ne s’isolent avec elle. Elle se contentera par ailleurs de ce qui est obligatoire. Lorsqu’une chose concernant sa religion lui arrivera, elle posera des questions à ce sujet sans en éprouver la moindre honte, car Allah n’a pas honte de la vérité ».

Un exemple à suivre :

Les femmes des prédécesseurs ont donné un exemple on ne peut plus éloquent d’assiduité dans l’apprentissage et l’enseignement. La pudeur ne les a pas empêchées de s’instruire dans la religion. Il est en effet rapporté de manière authentique que ‘Aisha (qu’Allah l’agréée) a dit :

« Quelles excellentes femmes que les femmes des Ansar, la timidité ne les empêchait pas de s’instruire dans la religion. »

Rapporté par Ahmad t.6 p.147, Muslim t.1 p.261 et Abû Dâwud n°316 d’après ‘Aisha (qu’Allah l’agréée). Il se trouve aussi chez Al-Bukhari sans chaîne de transmission mais sous forme de certitude.

Source : Recueil de fatwas concernant les femmes p.14. Que vous pouvez-vous procurer ci-dessous.

Recueil de Fatwas concernant les femmes


Recueil de Fatwas concernant les femmes

Articles Similaires

Qu’est-ce qu’un mahram ?

Abû 'Issa

Les particularités du Jilbab Saoudien

Abû 'Issa

Ce qui annule les ablutions

Abû 'Issa
error: Le contenu du site est protégé !