Image default
Croyance

6 mérites de la hijra dans le Coran et la sounna

Même s’il y a une divergence des savants sur son statut, les mérites de la hijra n’en restent pas moins nombreux. En effet, comment un musulman qui part dans un pays où l’islam est plus pratiqué ne pourrait-il pas être récompensé ? Tel est le bienfait et l’immense grâce d’Allah sur le musulman. 

Pour ce qui est de la divergence, il y a plusieurs avis. Parmi ces avis, certains savants disent qu’à partir du moment où on peut pratiquer sa religion dans un pays non-musulman, la hijra n’est pas obligatoire. Au contraire, c’est un bien pour lui car il peut propager l’islam et le faire connaître. D’autres savants en revanche, disent qu’il faut absolument quitter un pays dit non-musulman pour un pays musulman. Wa Allahou a’la wa a’lam.

Les mérites de la hijra dans le Coran

Dans le Coran, Allah évoque plusieurs versets qui parlent de la hijra. A cet effet, prenons deux versets indicatifs concernant les mérites de la hijra.

  1. Allah a dit : « Ô Mes serviteurs qui avez cru ! Ma terre est bien vaste. Adorez-Moi donc ! » S29, V56

Dans ce verset, Allah nous passe un message explicite concernant l’émigration. Il nous dit que si l’on n’arrive pas à L’adorer sur une terre précise, alors il faut la quitter pour en trouver une autre. Et effectivement, la terre d’Allah est plus que vaste. Le musulman trouvera toujours un endroit propice pour qu’il puisse vivre sa religion comme il le souhaite. 

  1. Dans un autre verset, Allah nous dit aussi : « Et quiconque émigre dans le sentier d’Allah trouvera sur terre maints refuges et abondance. […] » S4, V100

Cette partie du verset signifie qu’Allah incite le musulman à faire la hijra s’il le peut. Cela signifie également que le musulman ne doit pas avoir peur quant à sa subsistance, s’il quitte une terre plus « riche » pour une terre plus « pauvre ». Allah promet à Son serviteur que s’il émigre dans le sentier d’Allah (fissabillah), Il ne l’abandonnera pas et Lui donnera sa subsistance comme il se doit. D’ailleurs, le terme « مُرَاغَمًا كَثِيرًا » « maints refuges » signifie le refuge en terme de religion. Quant au mot « وَسَعَةً » « abondance », il signifie la subsistance du bas-monde. 

En faisant la hijra, le musulman ne doit donc ni se préoccuper de sa subsistance ni de sa religion. En effet, Allah les protégera tous les deux. Il s’agit d’un message fort de la part d’Allah. 

L’émigration dans la sounna

Nous avons donc vu à travers ces versets qu’émigrer pour Allah est en fait une cause de facilité. Et ceci est valable aussi bien pour la religion que pour la dounia. Il existe d’autres preuves qui prouvent les mérites de la hijra, dans certains textes prophétiques.

  1. Les mérites y sont plus que magnifiques, en plus d’être bénéfiques. On y apprend que faire la hijra permet d’effacer les péchés passés : « Ne sais-tu pas que l’Islam efface ce qui le précède, que la hijra efface ce qui la précède et que le hajj efface ce qui le précède ? » Mouslim 
  2. La sounna nous apprend aussi que les « mouhajiroun » auront comme récompense des minbars en or le Jour de la Résurrection : « Il y aura pour les mouhajiroun des minbars en or sur lesquels ils s’assiéront le Jour de la Résurrection et ils seront certes à l’abri de l’effroi. » Ibn Hibban

L’effroi signifie ici la peur qui prendra les gens en ce Jour Dernier.

  1. Les mérites de la hijra, c’est aussi avoir une maison en périphérie du Paradis pour tout musulman qui l’accomplis : « Je garantis une maison à la périphérie du paradis à celui qui a cru en moi, s’est soumis et a fait la hijra. » Nasai
  2. Enfin, la hijra fait partie des meilleures actions que le musulman peut accomplir : « […] Je te conseille la hijra car elle n’a pas d’équivalent, je te conseille le jeûne car il n’a pas d’équivalent et je te conseille la prosternation car tu ne te prosternes pas une fois pour Allah sans qu’Il ne t’élève d’un degré et te pardonne un péché. » Nasai

Articles dans la même catégorie

L’importance de la Patience

Abû 'Issa

Le méfait de jurer par un autre qu’Allah

Abû 'Issa

L’attestation de foi

Abû 'Issa

Votre commentaire